DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies modifiées

Biographie du jour

ANGWIN, MARIA LOUISA – Volume XII (1891-1900)

née le 21 septembre 1849 à Blackhead, dans la baie Conception, Terre-Neuve

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

VERON DE GRANDMESNIL, ÉTIENNE, capitaine de milice et notaire, né le 31 octobre 1649 à Trois-Rivières, fils de Jean Veron de Grandmesnil, venu de Saint-Martin-des-Noyers (Saint-Martin-du-Mesnil-Oury), en Normandie, France, et de Marguerite Hayet ; décédé le 18 mai 1721 à Trois-Rivières.

Veron de Grandmesnil n’avait que trois ans lorsque son père fut tué par les Iroquois ; peu après, sa mère, qui était la demi-sœur de Pierre-Esprit Radisson, épousa le célèbre Médard Chouart* Des Groseilliers. Toutefois, « étant cause de plusieurs querelles et différents touchant sa correction entre sa mère et son beau-père, le tuteur d’Étienne, Étienne Seigneuret, le prit à sa charge moyennant vingt livres par année ». Quand il fut en âge d’étudier, on chargea les Jésuites de le loger et de lui enseigner « toutes les instructions nécessaires ».

En 1667, il est toujours à Trois-Rivières. Le recensement de cette année-là indique qu’il y demeure avec sa mère, son frère Guillaume, son demi-frère Jean-Baptiste et sa demi-sœur Marie-Antoinette Chouart. Veron de Grandmesnil s’intéresse au commerce des fourrures, puisqu’en 1676 l’intendant Duchesneau* le convoque, avec une vingtaine d’autres notables de la colonie, pour délibérer sur la fixation des prix du castor.

En 1680, sa mère partage avec lui la terre paternelle, et le recensement de 1681 mentionne qu’il a un domestique à son service et qu’il possède 7 bêtes à cornes et 45 arpents en valeur. En 1682, il était choisi comme marguillier de la paroisse de Trois-Rivières et, à ce titre, il participa à la construction d’une nouvelle église. Il fut également nommé capitaine de milice de cette paroisse. En 1684 et en 1685, il signe deux contrats de location d’animaux domestiques.

Veron de Grandmesnil obtient une commission de notaire en 1706 et il exerce cette profession jusqu’en 1720. Le document attestant sa commission a été perdu, mais plusieurs documents lui donnent le titre de notaire royal. Il est aussi évident qu’il fut substitut du procureur du roi.

Le 30 mai 1677, à Trois-Rivières, Veron de Grandmesnil avait épousé Marie-Thérèse Moral, fille de Quentin Moral de Saint-Quentin, lieutenant de roi, et de Marie Marguerie, veuve de Jacques Hertel* de La Fresnière. De cette union sont nés neuf enfants, dont Étienne*, qui servirait Lamothe Cadillac [Laumet] à titre de greffier et de secrétaire, puis, pendant de nombreuses années, de procureur.

Roland-J. Auger et Suzanne Boivin Sommerville

AJM, Greffe d’Antoine Adhémar, 26 juill. 1709, 6 sept. 1710, 31 mai 1713 ; Greffe de J.-B. Pottier, 19 mai 1701.— AJTR, Greffe de Séverin Ameau, 30 mai 1677, 5 juill. 1680, 13 juill., 19 juill., 29 oct. 1682, 3 oct. 1684, 25 janv. 1685 ; Greffe de J.-B. Pottier, 7 févr. 1702 ; Greffe d’Étienne Véron de Grandmesnil, 1705–1720.— Jug. et délib., I : 273 ; IV : 38 ; V : 989 ; VI : 121, 130, 211.— Recensements du Canada, 1666 et 1681 (Sulte).— Les notaires au Canada, RAPQ, 1921–22 : 34.— Vachon, Inv. critique des notaires royaux, RHAF, X (1956–57) : 388.— J.-E. Roy, Histoire du notariat, I : 193, 369.— Vachon, Histoire du notariat, 37.

Bibliographie de la version modifiée :
Bibliothèque et Arch. nationales du Québec, Centre d’arch. de Québec, possède un dossier de documents du fort Pontchartrain (Detroit) (CN301-S286), qu’on a attribués à tort à Étienne Veron de Grandmesnil père (1649–1721), plutôt qu’à Étienne Veron de Grandmesnil fils (1679–1743). En comparant leurs signatures dans divers actes et documents de la Nouvelle-France, Suzanne Boivin Sommerville a pu associer ce dossier au fils, et suivre les déplacements du père et du fils. Elle présente ses sources et sa méthodologie pour la présente révision dans « Marie Lepage and Étienne Véron Grandmesnil : rush to judgment ? An example of misinterpreted evidence », série d’articles parus dans Michigan’s Habitant Heritage (Detroit), 22 (2001), nos 1–3 : 25–33, 72–80, 114–122. En 2020, le site Web de la French-Canadian Heritage Soc. of Mich. a mis en ligne une version révisée de ces articles et y a ajouté des photos numérisées : habitantheritage.org/cpage.php?pt=15 (consulté le 5 févr. 2020).

Bibliothèque et Arch. nationales du Québec, Centre d’arch. de la Mauricie et du Centre-du-Québec (Trois-Rivières, Québec), CE401-S48, 31 oct. 1649, 30 mai 1677, 18 mai 1721.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Roland-J. Auger et Suzanne Boivin Sommerville, « VERON DE GRANDMESNIL, ÉTIENNE (1649-1721) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 21 sept. 2020, http://www.biographi.ca/fr/bio/veron_de_grandmesnil_etienne_1649_1721_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique


Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/veron_de_grandmesnil_etienne_1649_1721_2F.html
Auteur de l'article:    Roland-J. Auger et Suzanne Boivin Sommerville
Titre de l'article:    VERON DE GRANDMESNIL, ÉTIENNE (1649-1721)
Titre de la publication:    Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:    Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:    1969
Année de la révision:    2020
Date de consultation:    21 septembre 2020