DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies modifiées

Biographie du jour

SWAN, ANNA HAINING – Volume XI (1881-1890)

née le 7 août 1846 à Mill Brook, Nouvelle-Écosse

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

LÉGER DE LAGRANGE, JEAN, chirurgien, capitaine de vaisseau, marchand et corsaire, né le 19 juin 1663 à Abiac, diocèse de Limoges, France, du mariage d’Élie Léger et de Jeanne Félix ; le 3 novembre 1691, il épousa à Québec Marie-Louise Fauvel (décédée en 1702), et ils eurent cinq filles, puis le 23 février 1708, à La Rochelle, France, Marie Des Reaux, veuve de Jean Berthelot, et ils n’eurent pas d’enfants ; décédé le 15 juin 1721 et inhumé le jour suivant à La Rochelle.

Arrivé en Nouvelle-France en 1687, Jean Léger de Lagrange s’établit à Québec, où il épousa Marie-Louise Fauvel quatre années plus tard. Sur l’acte de ce premier mariage et l’acte de baptême de son premier enfant, en 1694, on le qualifiait respectivement de chirurgien et de maître chirurgien. En 1696, il était commandant du Wesp, un des navires de Pierre Le Moyne d’Iberville dans l’expédition de ce dernier contre les Anglais de Terre-Neuve. En 1700, il commandait des navires de la Compagnie de la Colonie et à la même époque il était connu comme marchand à Québec. À la fin de l’année 1703, sentant que les affaires déclinaient et que Québec avait bien peu à offrir pour satisfaire au besoin d’aventure ressenti par la jeunesse de la colonie, Lagrange obtint la permission de Philippe de Rigaud de Vaudreuil et de François de Beauharnois* de La Chaussaye de mener une autre expédition contre les Anglais de Terre-Neuve. Il intéressa à son projet quelques marchands, entre autres Nicolas Dupont de Neuville, Louis Prat et Antoine Pascaud, et avec leur aide acheta et arma deux navires. De plus, Lagrange trouva au moins 26 hommes prêts à s’engager gratuitement sur son bateau, satisfaits de la perspective d’une part de l’éventuel butin. Morel de La Durantaye et Denis-Joseph Juchereau de La Ferté faisaient partie de son équipage. Lagrange et Claude Pauperet, un des marchands de Québec, prendraient le commandement des deux navires, le Joybert et le Philipeau, mais Lagrange resterait le commandant en chef de l’expédition. Ils attaquèrent le port de Bonavista le 29 août 1704, brûlèrent deux petits navires et capturèrent le Pembroke Galley de Londres, navire de 250 tonneaux, armé mais alourdi par une cargaison d’environ 2 500 quintaux de morue sèche ; le capitaine Michael Gill résista vaillamment à l’attaque, mais en vain.

On partagea le butin à Québec, chaque homme d’équipage recevant environ 40 écus, et on vendit une partie de la cargaison de morue sur place pour alléger le navire et en faciliter la défense au cours du voyage vers l’Europe. Ironique retour des choses, le vaisseau fut repris par les Anglais entre Bilbao et La Rochelle, après la vente de la cargaison. Stimulés par l’exemple de Lagrange, Alexandre Leneuf de Beaubassin et d’autres se lancèrent dans la course, mais aucun ne semble avoir obtenu le même succès. En récompense de son exploit, Léger fut nommé capitaine de flûte dans la marine du roi, poste qu’il occupa pendant plusieurs années. D’après certains rapports, Lagrange aurait passé l’hiver de 1709–1710 au fort Bourbon, à la baie d’Hudson. Il semble qu’il ne servit plus au Canada. Il mourut en France en 1721.

David Lee

AN, Col., B, 19, f.20 ; 27, f.94v. ; 30, f.16 ; 49, f.162v. ; Col., C11A, 21, ff.50ss ; 22, ff.4, 71.— APC, FM 6, A 2, 3c (Minutes Rivière et Soulard), X : 252–268.— Charlevoix, History (Shea), V : 169s.— Correspondance de Vaudreuil, RAPQ, 1938–39 : 128, 147.— [Nicolas Jérémie], Twenty Years of York Factory (Douglas et Wallace), Ottawa, 1926.— Gagnon, Noms propres au Canada français, BRH, XV (1909) : 119.— Le Jeune, Dictionnaire.— Prowse, History of Nfld., 239s.— [P.–G. Roy], Un corsaire canadien : Jean Léger de La Grange, BRH, XXIV (1918) : 33–48, 65–76, 97–104.

Bibliographie de la version révisée :
Arch. départementales, Charente-Maritime (La Rochelle, France), « État civil », La Rochelle, Saint-Jean-du-Pérot, 23 févr. 1708, 16 juin 1721 : archives.charente-maritime.fr/archives-en-ligne/consulter-documents-numerises (consulté le 21 septembre 2018).— Bibliothèque et Arch. nationales du Québec, Centre darch. de Québec, CE301-S1, 3 nov. 1691 ; 12 févr. 1694 ; 2 mai 1695 ; 2 juin 1697 ; 29 juin 1700 ; 2 août, 13 déc. 1702.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

David Lee, « LÉGER DE LAGRANGE, JEAN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 7 août 2020, http://www.biographi.ca/fr/bio/leger_de_la_grange_jean_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique


Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/leger_de_la_grange_jean_2F.html
Auteur de l'article:    David Lee
Titre de l'article:    LÉGER DE LAGRANGE, JEAN
Titre de la publication:    Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:    Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:    1969
Année de la révision:    2020
Date de consultation:    7 août 2020